SITE ARCHÉOLOGIQUE

 

La Tunisie porte l’empreinte de 3000 ans d’histoire, marqués par les plus grandes civilisations de la Méditerrasnée. Pas moins de sept sites sont inscrits au patrimoine mondial de l’Unesco. Sans oublier bien-sûr l’artisanat et la gastronomie, des fiertés nationales.

Héritière de Carthage, au carrefour de toutes les civilisations de la Méditerranée, la Tunisie se propose de vous les faire revivre.


Bulla Regia

Située au nord de Jendouba, Bulla Regia ou Bulla la Royale, ancienne résidence des rois numides et progressivement incorporée à l’empire romain. Son intérêt est considérable, car l’architecture de ses maisons est quasiment unique parmi celles des grandes villes romaines de l’antiquité.

Pour s’adapter au climat de la Tunisie, ces demeures sont faites sur deux niveaux, à la surface des appartements destinés aux séjours hivernaux et l’étage souterrain destiné pour se mettre à l’abri des étés caniculaires. Souterrain destiné pour se mettre à l’abri des étés caniculaires. Outre leur confort, ces appartements souterrains étaient décorés avec beaucoup de raffinement.

Comme en témoignent, en particulier, les maisons de la chasse, de la pêche, des mosaïques et d´amphitrite.

Les restes d´un forum contenant les vestiges d´un temple d´Apollon, d’un marché, d’un théâtre et d’une basilique ont été également mis à jour.
A visiter, également, le musée construit près du site.


Carthage

La Colline de Byrsa et son musée:
Les rues en damier sont typiques de l’urbanisme carthaginois.
La colline fut remodelée à l’époque romaine pour constituer une nouvelle acropole. Elle contient outre le forum une basilique judiciaire et un grand temple.

Le musée regroupe et expose les collections d´objets archéologiques provenant du site.
Trois grandes périodes sont ainsi retracées phénico-punique, romano-africaine et arabo-musulmane.

Le Tophet

Sanctuaire de Tanit et Bâal Hammon, est le plus ancien lieu de culte punique de Carthage. Des centaines de stèles carthaginoises sont accumulées dans des cratères.
Dans cet espace sacré, les Puniques offraient des sacrifices et érigeaient des stèles à la gloire de Bâal Hammon ou de la déesse Tanit.


Dougga 

une des villes les plus spectaculaires de la Méditerranée.

La ville était très étendue mais elle ne comptait que 5000 habitants environ.

Après la chute de Carthage, la ville de Dougga devient plus indépendante.
La ville ne devient qu´une colonie romaine pendant le 2ième siècle après J-C.

Après la chute de l´empire romaine Dougga et ses temples devient moins important et vers le 6ième siècle, quand les Byzantins sont arrivés, la ville est complètement dans l´oubli.

Le théâtre :
Le théâtre de Dougga se trouve dans la pente d´une colline et il y avait de la place pour 3500 spectateurs environ.
Le théâtre fut bâti entre 166 et 169.

Il y a une belle vue sur les environs.
On utilisait le théâtre non seulement pour des spectacles culturels mais aussi pour des réunions politiques.

Le capitole :
Ce temple est dévoué à Jupiter, Junona et Minerve. C´est le temple le mieux conservé dans son genre du pays. A l´intérieur du temple il y avait des statues des trois dieux.
Le temple date de la même époque que le théâtre.

Les thermes des cyclopes :
Les thermes sont nommés d´après une mosaique avec les trois cyclopes mais les thermes sont surtout connus pour sa latrine, Il y a douze toillettes sous forme d´un fer à cheval, probablement pour permettre aux visiteurs de discuter un peu ensemble.

Le mausolée d´Ateban :
Le mausolée d´Ateban date de la période punique. On y reconnaît des éléments égyptiens, grecs et perses. Le mausolée est 21 mètres de haut et il y a trois étages.


Sufetula

Mythe et histoire ont assuré la célébrité de Sufetula. Aujourd´hui Sbeïtla, est l’une des «villes d’or > de l’Afrique romano – byzantine.

Au coeur de la cité se dresse le forum, centre politique, judiciaire et commercial, ce dernier est dominé par les trois temples du capitole, centre religieux de la cité.

A la limite occidentale des ruines, on découvre l’édifice des quatre Saisons. Au sud-est se trouvent les grands thermes publics, un théâtre en ruines et le pont Aqueduc à trois arches.

Un Arc de Triomphe fut édifié à l’entrée orientale de la cité, et se dresse toujours, judiciaire et commercial, ce dernier est dominé par les trois temples du capitole, centre religieux de la cité.

A la limite occidentale des ruines, on découvre l’édifice des quatre Saisons. Au sud-est se trouvent les grands thermes publics, un théâtre en ruines et le pont Aqueduc à trois arches.

Un Arc de Triomphe fut édifié à l’entrée orientale de la cité, et se dresse toujours, parfaitement conservé.

Les basiliques chrétiennes de Sbeïtla demeurent parmi les plus remarquables d’Afrique du nord.


Thuburbo Majus

 Au sud ouest de Tunis la ville antique «respublica Félix » (La République heureuse), Thuburbo Majus aujourd´hui, ancienne cité punique, devenue pleinement romaine quand Hadrien la porta au rang de municipe.

D´impressionnantes ruines témoignent de nos jours l’essor urbanistique et la richesse passée de la cité romaine, comme les somptueuses maisons dotées parfois de salles de bains chauffées et parées de mosaïques.

Et tout autour du forum: le temple de la paix et le petit temple de Mercure.

Plus au sud on gagne la place du marché et la maison du somptueuses maisons dotées parfois de salles de bains chauffées et parées de mosaïques.

Et tout autour du forum: le temple de la paix et le petit temple de Mercure.

Plus au sud, on gagne la place du marché et la maison du Labyrinthe puis le portique des Petroni.

On visitera également plusieurs maisons de bain (thermes d´été, thermes d´hiver), une palestre, un temple Bâalit ainsi qu’un autre temple dédié à Esculape, dieu de la médecine.

A noter aussi la présence d´une église chrétienne.


Utique 

Antique cité et port du nord de l´Afrique, à l´extrémité nord-ouest du golfe de Tunis, à environ 32 km de Tunis.
Vraisemblablement fondée par les Phéniciens vers 1100 av. J.-C., elle devint un port florissant, avant d´être éclipsée par Carthage.Utique joua un rôle important lors des guerres puniques : ayant fait allégeance à Rome, au début du troisième conflit (149 av. J.-C.-146 av. J.-C.), elle reçut en récompense une large portion du territoire de Carthage et devint la capitale de la province romaine d´Afrique. Lors de la guerre civile qui opposa Jules César et Pompée le Grand, Utique devint le point de ralliement des partisans de Pompée après la bataille de Pharsale en 48 av. J.-C. L´un d´entre eux, Caton d´Utique, s´y suicida en 46 av. J.-C. La cité reçut des droits municipaux sous Auguste et devint colonie romaine sous Hadrien.Elle fut prise par les Vandales commandés par Genséric en 439 apr. J.-C., reprise par les Byzantins en 534 apr. J.-C. et finalement détruite par les Arabes vers la fin du VIIe siècle.Quelques ruines sont encore visibles à l´ouest de la Medjerda (l´antique Bagradas) : un amphithéâtre de 20 000 places, un théâtre, des bains, des réservoirs et des quais.


Le Colisée d’El Jem

Troisième du monde romain par la taille, après celui de Rome et celui de Capoue, l´amphithéâtre d’El Jem est le monument romain le plus impressionnant en terre d´Afrique.
Arches, escaliers, arcs boutants, salles souterraines forment un ensemble d´une grande complexité.
L’amphithéâtre a une forme elliptique. Il mesure 149 m de long, 124 m de large et 36 m de haut. Il comporte trois étages. Trente mille spectateurs pouvaient y tenir.
L´arène est longue de 65 m. En son sous-sol, 2 galeries voûtées qui communiquaient avec l’extérieur, se croisaient. La grande galerie était bordée de seize chambres voûtées, où devaient être enfermés les fauves.
L´aspect grandiose de l´amphithéâtre ne doit cependant pas masquer le grand intérêt du musée et du vaste champ de fouilles.

It's only fair to share...Share on FacebookTweet about this on TwitterShare on Google+
No votes yet.
Please wait...