Île

Djerba,  est une île de 514 km2 (25 kilomètres sur 20 et 150 kilomètres de côtes) située au sud-est du golfe de Gabès2 et barrant l’entrée du golfe de Boughrara, au sud-est de la Tunisie. C’est la plus grande île des côtes d’Afrique du Nord. Sa principale ville, Houmt Souk, rassemble à elle seule 42 992 des 163 726 Djerbiens1.Ulysse l’aurait traversée, les Carthaginois y fondèrent plusieurs comptoirs, les Romains y construisirent plusieurs villes et y développèrent l’agriculture et le commerce portuaire. Passée successivement sous domination vandale, byzantine puis arabe, Djerba est devenue depuis les années 1960 une destination touristique populaire. Elle demeure marquée à la fois par la persistance de l’un des derniers parlers berbères tunisiens, l’adhésion à l’ibadisme d’une partie de sa population musulmane et la présence d’une communauté juive dont la tradition fait remonter la venue à la destruction du Temple de Salomon.

L’île est reliée au continent, au sud-ouest par un bac qui conduit d’Ajim à Jorf et au sud-est par une voie de sept kilomètres, dont la première construction remonterait à la fin du iiie siècle av. J.-C., entre la localité d’El Kantara et la péninsule de Zarzis.

Le 17 février 2012, le gouvernement tunisien propose Djerba pour un futur classement sur la liste du patrimoine mondial de l’Unesco3.

Dès l’Antiquité, les historiens mentionnent Djerba qu’ils identifient à la première île où, dans l’Odyssée, Homère fait échouer Ulysse et ses compagnons, égarés en mer de retour de la guerre de Troie (vers 1185 av. J.-C.)11 ; pour avoir goûté au lotos, « fruit doux comme le miel qui plonge tous ceux qui en dégustent dans les délices d’un bienheureux oubli qui efface tous les soucis de l’existence », Ulysse, « que ce fruit miraculeux aurait plongé dans une heureuse amnésie »12, a peine à quitter l’île des Lotophages (mangeurs de lotos)13.

À l’orée de l’Histoire, le territoire de l’actuelle Tunisie est peuplé de Berbères au mode de vie néolithique14. Plusieurs spécialistes, dont Lucien Bertholon15 et Stéphane Gsell16, admettent l’existence de migrations entre la mer Égée et le golfe des Syrtes, où se trouve Djerba, au cours du IIe millénaire av. J.-C.. Avant même la fondation de Carthage, au ixe siècle av. J.-C., des Phéniciens de Tyr auraient implanté plusieurs comptoirs le long de la côte de la Libye et de la Tunisie actuelles jusqu’à Utique. Djerba en fit sans doute partie. Le Périple du Pseudo-Scylax, qui remonte approximativement au milieu du ive siècle av. J.-C., donne sur l’île les indications les plus anciennes, exception faite de celles d’Homère :

« On y fait beaucoup d’huile, qu’on tire de l’olivier sauvage ; l’île produit d’ailleurs beaucoup de fruits, de blé, d’orge, la terre est fertile8. »

La tradition locale, dans sa version la plus courante, rapporte que les premiers Juifs se seraient installés à Djerba après la destruction par l’empereur Nabuchodonosor II, en 586 av. J.-C., du Temple de Salomon17, dont une porte aurait été incorporée dans la synagogue de la Ghriba.

Vue plongeante sur une cavité dans le sol ouvrant sur des salles abritant des tombes puniques.

Tombeaux puniques à Souk El Guebli

D’après Gsell, à l’époque, « Djerba dépendait certainement de Carthage ». Les Carthaginois fondent plusieurs comptoirs, le plus important étant Meninx, sur la côte sud-est de l’île, qu’ils transforment en haut lieu d’échanges du bassin méditerranéen, y aménageant des ports pour leurs embarcations et l’utilisant comme escale dans leurs parcours de la Méditerranée18. Outre la culture de l’olivier, l’île carthaginoise abrite plusieurs ateliers de poterie, plusieurs pêcheries, et développe la teinture de pourpre à base de murex, qui fait la renommée de l’île11. Important relais vers le continent africain, Djerba connaît ainsi plus d’un demi-millénaire de prospérité avec les Phéniciens.

Les premiers contacts de l’île avec les Romains ont lieu lors de la Première guerre punique, au cours d’opérations que ceux-ci mènent contre Carthage. La première, véritable expédition navale commandée par Cnaeus Servilius Caepio et Caius Sempronius Blaesus, est envoyée à Djerba en 253 av. J.-C.19. Une deuxième, commandée par le consul Cnaeus Servilius Geminus, est lancée en 217 av. J.-C., durant la Deuxième guerre punique, l’année même de la bataille du lac Trasimène disputée entre Carthaginois et Romains en Italie.

Monticule de pierre marquant l’emplacement d’un mausolée.Mausolée de Bourgou à Midoun

Baptistère déposé au sol dans une salle du musée national du Bardo.Baptistère d’El Kantara

Cependant, « ce n’est qu’en l’an 6 ap. J.–C., après la phase des protectorats sur les princes berbères, les reges inservientes, que débute la colonisation directe dans la zone syrtique »20. On sait que l’île compte alors deux villes : Meninx et Thoar. Elle abrite par la suite trois centres urbains principaux. L’un d’entre eux, dont le nom moderne est Henchir Bourgou, a été découvert à proximité de Midoun, au centre de l’île : on y trouve les vestiges — appelés « Roches de Bourgou » — d’une grande ville datant du ive siècle av. J.-C., marqués par la présence de poteries abondantes et d’un imposant mausolée appartenant probablement à un membre d’une famille royale numide. Un deuxième centre, sur la côte sud-est, est un site de production de colorants à base de murex, cité par Pline l’Ancien comme occupant le second rang dans ce domaine derrière la cité de Tyr : de substantielles quantités de marbre coloré découvertes sur place témoignent de sa richesse. Le troisième centre important, probablement l’ancienne Haribus, se trouve sur la côte méridionale à proximité du village de Guellala.

Deux empereurs romains, Trébonien Galle et son fils Volusien, sont natifs de Djerba. Un décret romain de l’an 254, peu après leur mort, mentionne l’île dans l’expression Creati in insula Meninge quae nunc Girba dicitur : c’est la première trace connue de l’utilisation du nom de Girba21. Au milieu du iiie siècle, une basilique est construite dans ce qui est alors l’évêché de Girba. Deux des évêques de l’île ont laissé leur nom dans l’histoire : Monnulus et Vincent, qui assistent respectivement aux conciles de Carthage de 255 et de 52522. Les ruines de leur cathédrale peuvent être identifiées près d’El Kantara, dans le Sud-Ouest de l’île, d’où provient un beau baptistère cruciforme conservé au musée national du Bardo à Tunis4.

Des prospections archéologiques menées entre 1996 et 2000 sous les auspices de l’Université de Pennsylvanie, de l’Académie américaine à Rome et de l’Institut national du patrimoine ont révélé 250 sites archéologiques incluant de nombreuses villas puniques et romaines23.

Après les Romains, Djerba est envahie par les Vandales, puis par les Byzantins. C’est en 665 qu’elle tombe aux mains des Arabes dirigés par Ruwayfa ibn Thâbit Al Ansari, un compagnon du prophète Mahomet, pendant la campagne de Byzacène commandée par Muawiya Ben Hudaydj. L’île est alors le témoin de luttes entre factions musulmanes et se rallie finalement au parti des kharidjites24.

It's only fair to share...Share on FacebookTweet about this on TwitterShare on Google+
No votes yet.
Please wait...