Sfax

Sfax  deuxième ville et centre économique de Tunisie, est une ville portuaire de l’est du pays située à environ 270 kilomètres de Tunis. Riche de ses industries et de son port, la ville joue un rôle économique de premier plan avec l’exportation de l’huile d’olive et du poisson frais ou congelé. Sfax est une cité d’affaires et compte certains sites à vocation touristique, tels que la médina et Thyna, malgré la présence des usines de traitement du phosphate.

Le noyau central de l’agglomération est formé d’une médina cernée de remparts (rbat) et d’une ville moderne, née sous le protectorat français de Tunisie, et incluant l’hôtel de ville et la gare. Les quartiers de bureaux sont prolongés par un vaste ensemble portuaire actif depuis 1897 (port de commerce, de pêche et de passagers). En 1984 est entreprise une vaste opération de rénovation d’une partie de la ville moderne avec l’aménagement du quartier de Sfax El Jadida (nouvelle Sfax). Il s’agit auparavant d’un espace en friche de cimetières désaffectés. Par ailleurs, la médina est devenue un espace où l’on habite de moins en moins et qui se spécialise dans la production économique (on parle alors de « soukalisation »). Les habitants l’ont quittée à la recherche de logements plus grands. Ainsi, cet espace ne compte plus que 3 812 habitants en 1998 contre 10 668 en 1956.

Sfax est le premier port de commerce de Tunisie en termes de trafic (2000) et le second en termes de valeur. Le port possède deux particularités : c’est l’un des rares endroits de la Méditerranée où l’amplitude des marées dépasse 1,50 et deux mètres aux équinoxes et, abrité des vents du large par les îles Kerkennah et les hauts fonds du golfe de Gabès atténuant les effets des vagues, aucune jetée ou digue n’y est nécessaire. Malgré l’important commerce maritime avec les Kerkennah et le reste du pays, le port est réduit jusqu’en 1886 à un simple appontement de bois de cinquante mètres de long. Un port artificiel est creusé dans les sables et ouvert au trafic en 1891. Mais l’exploitation des phosphates le rend vite insuffisant et un nouveau port est creusé. Comme à Tunis, les produits du dragage servent à gagner du terrain sur la mer. Comme tous les grands ports tunisiens, Sfax a souffert durant la campagne de Tunisie : l’Afrika Korps fait sauter une partie des quais avant de se replier le 11 avril 1943. La pêche occupe aussi une place de choix dans l’économie régionale avec une flotte d’environ 300 chalutiers-crevettiers, cinquante thoniers senneurs, 1 500 barques à moteur et 2 000 barques à voile. La ville produit environ 25 000 tonnes de poissons par an, soit le tiers de la production nationale. Une bonne partie de cette pêche est exportée à l’étranger (10 000 tonnes environ) soit 70 % de l’exportation tunisienne des produits de la mer.

Les régions environnantes sont pour leur part axées sur l’agriculture qui constitue leur principale ressource : avec six millions de pieds d’oliviers — certains datant de l’époque romaine — et près de cinq millions d’amandiers, le gouvernorat de Sfax se place ainsi au premier rang des régions productrices d’huile d’olive (38,5 % avec plus de 200 000 tonnes) et d’amandes. L’élevage représente un secteur tout aussi important de l’économie régionale. Avec 340 000 ovins, 50 000 caprins et près de 30 000 bovins, la région occupe aussi une place de choix dans ce domaine. Une industrie laitière a pris pied dans le sillage de cet élevage intensif et l’on totalise 75 000 tonnes de lait par an.

It's only fair to share...Share on FacebookTweet about this on TwitterShare on Google+
Rating: 1.0, from 1 vote.
Please wait...