Tozeur

Tozeur est une ville du Jérid tunisien et le chef-lieu du gouvernorat du même nom. Elle compte 32 400 habitants .Située au nord-ouest du Chott el-Jérid, elle se trouve à 450 kilomètres au sud-ouest de Tunis. Il s’agit de l’une des oasis situées aux portes du désert du Sahara. Tozeur est une ville avec un passé religieux important et connue pour ses lettrés comme sa topographie contemporaine, parsemée de marabouts, en témoigne.

La ville est entourée d’une palmeraie d’approximativement 1 000 hectares8, abritant quelque 400 000 arbres 8,9 autrefois irrigués par quelque 200 sources remplacées dès 1995 par les nombreux forages modernes qui alimentent désormais Tozeur. Même si la nappe phréatique reste surexploitée, des mesures comme l’introduction du goutte-à-goutte ont permis d’économiser de 35 à 30 % de la consommation10. La palmeraie se découpe en milliers de petits jardins (en moyenne d’un demi-hectare) plus ou moins bien entretenus : seules 25 % des terres sont cultivées et de nombreux palmiers meurent faute d’entretien9. Néanmoins, 500 nouveaux hectares ont pu voir le jour grâce à l’exploitation de la géothermie10. Elle a servi de décor pour de nombreux films comme Star Wars ou Le Patient anglais8.

Au début des années 1990, le gouvernement tunisien entreprend de développer le tourisme saharien. Une douzaine d’hôtels de grand standing voit alors le jour pour attirer des touristes par des séjours clés en main9. En mai 2008, la région incluant Tozeur, Nefta et Tamerza compte 41 unités hôtelières dont trois établissements cinq étoiles et a accueilli 338 000 visiteurs en 200710. Toutefois, selon Claude Llena, c’est la « minorité possédante et le capital touristique du Nord [qui] ont rapidement mis la main sur cette rente touristique au détriment de la population locale »9 ; le secteur n’engendre en effet que 2 500 emplois permanents et 5 000 emplois indirects.

Terrain de golf de Tozeur

La durée moyenne du séjour des touristes reste faible ; certains l’expliquent par le fait qu’ils sont de passage dans le cadre de circuits organisés depuis les stations balnéaires du littoral10 alors que d’autres soutiennent que ce nombre limité s’explique par une orientation vers un tourisme haut de gamme. L’aéroport international de Tozeur-Nefta, mis en exploitation en 1980 et voué aux charters, n’atteint ainsi pas sa pleine capacité (86 000 passagers en 2007 sur une capacité de 400 000).

C’est dans ce contexte que se situe l’aménagement d’un terrain de golf, le Golf des Oasis, inauguré en plein désert en novembre 2006. Toujours selon Claude Llena, ce golf touche les abords de la palmeraie et puise dans la nappe phréatique pour maintenir le gazon planté en plein désert9 même si 90 % de la consommation en eau de la ville reste liée à l’agriculture10. Toutefois, d’après les sources institutionnelles, le golf est arrosé par de l’eau provenant du recyclage des eaux usées des établissements hôteliers ; une installation de relèvement et 15 kilomètres de conduites, installées en partie au fond de l’oued qui passe au pied du golf, permettent cette récupération20. Par ailleurs, le golf a été installé sur des terrains pris sur le désert, sur la rive droite de l’oued, et ne touche pas à la palmeraie21 ; il interdit cependant l’accès des artisans de la briqueterie à une carrière d’argile située dans son emprise, obligeant ceux-ci à faire venir de l’argile par camion.

À l’entrée du golf, le parc du belvédère de Ras El Aïn (« Tête des sources » en arabe) est dédié au poète Abou el Kacem Chebbi, natif de Tozeur. Il est aussi appelé « parc des amoureux » car il est bordé de grandes plaques en céramique bilingues (arabe-français) portant des textes célébrant amour. Le rocher qui constitue son centre est en fait une construction artificielle de métal et d’argile.

It's only fair to share...Share on FacebookTweet about this on TwitterShare on Google+
No votes yet.
Please wait...